PARI GAGNE POUR LE FONDS MONDIAL: PLUS DE 14 MILLIARDS POUR EN FINIR AVEC LES PANDEMIES

0

La sixième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a été accueillie à Lyon par le gouvernement français, les 9 et 10 octobre 2019 à  l’issue de laquelle les donateurs ont promis 14,02 milliards de dollars US pour les trois prochaines années. Ces ressources aideront à sauver 16 millions de vies et à mettre fin aux épidémies de sida, de tuberculose et de paludisme d’ici 2030.

 Le Président français, Emmanuel Macron, a lancé un appel vibrant pour léguer à la prochaine génération un monde meilleur et en bonne santé en combattant l’inégalité et en renforçant la justice sociale. Il a demandé à l’ensemble des partenaires d’augmenter leurs engagements d’au moins 15 pour cent pour atteindre l’objectif de 14 milliards de dollars US et, pendant la séance de promesses de don qui a suivi, les donateurs ont répondu présents à cet appel urgent à accélérer le mouvement. C’est ainsi que beaucoup d’entre eux ont augmenté à la dernière minute la promesse de don qu’ils avaient déjà faite.

Dans un extraordinaire effort final pour atteindre la cible des 14 milliards de dollars US, le Président Macron s’est joint à Bill Gates pour accroître les engagements qu’ils avaient pris pour les trois prochaines années en annonçant qu’ils ajoutaient chacun 60 millions de dollars US aux promesses faites plus tôt. Comme il manquait à peine 80 millions de dollars US, le Président Macron, Bill Gates et le chanteur Bono, cofondateurs de l’association RED ont mis en avant le fait qu’il est impératif d’en finir avec les épidémies d’ici 2030 et se sont engagés à lever au moins 100 millions de dollars US supplémentaires au cours de la période de reconstitution des ressources pour atteindre un total de plus de 14 milliards de dollars US.

Le Togo était présent à Lyon avec une délégation de haut niveau dirigée par le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Moustafa Mijiyawa. Le Togo est l’un des bénéficiaires du Fonds mondial avec près de 40 milliards de Fcfa jusqu’en 2020.

L’appui fourni par le Fonds dans le passé a permis, notamment, d’offrir un traitement ARV à 45.000 malades du sida, de dépister et de traiter plus 20.000 cas de tuberculose et de distribuer 7 millions de moustiquaires imprégnées  efficaces contre le paludisme ainsi que l’achat de médicaments.

A cette sixième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, le Togo a pris un engagement d’un million de dollars de contribution. Cette rencontre avait pour ambition d’atteindre au moins 14 milliards de dollars pour le prochain cycle de financement de trois ans du Fonds mondial a atteint son objectif grâce à la mobilisation des pays riches, des donateurs privés et de petits Etats bénéficiant de l’appui du Fonds.Le Niger, le Burkina Faso, le Tchad, le Bénin et le Burundi se sont engagés aussi pour un montant similaire. 

La liste complète des donateurs et des promesses sera publiée sur le site web du Fonds mondial.

La promesse de sauver 16 millions de vies au cours des trois prochaines années et, à terme, d’en finir avec les épidémies d’ici 2030 ne pourra être tenue que si les pays qui mettent en œuvre les programmes jouent un rôle moteur et augmentent leurs investissements dans la santé. Dans cet élan, les pays maîtres d’œuvre d’Afrique n’ont jamais été aussi nombreux (21) à faire une promesse de don au Fonds mondial. Lors de la conférence, plusieurs chefs d’État se sont engagés à accroître les ressources nationales allouées à la santé et à agir à l’appui de la couverture sanitaire universelle.

La conférence a réuni dans un esprit de solidarité internationale des dirigeants venus de pays du monde entier, dont de nombreux chefs d’État, des ministres, mais aussi plusieurs lauréats du Prix Nobel, des chefs d’entreprises et des dirigeants de fondations privées, le chanteur sénégalais et militant anti-paludisme Youssou N’Dour, des dirigeants de la société civile et des personnes touchées par les maladies.

 

Ignace T.

Partage

Répondre