OLYMPIADES PANAFRICAINES DE MATHÉMATIQUES A CAPETOWN: LES TROIS MÉDAILLES TOGOLAIS PRÉSENTÉS AUX AUTORITÉS

0

Depuis 2015, le Togo s’est conformé aux recommandations des chefs d’Etats africains, conscients de la place prépondérante de la mathématique dans le processus de développement des pays du continent, en créant la Société des sciences mathématiques du Togo (SSM@T), une structure de promotion de la dite science, gage d’un développement certain et meilleur des nations africaines. Dans sa politique de valorisation de cette matière, la SSM@T a présenté aux autorités compétentes togolaises, le vendredi 16 août à la direction de l’Ecole nationale supérieure d’ingénieurs (ENSI), les trois médaillés du Togo aux Olympiades Panafricaines de mathématiques à Capetown, en Afrique du Sud.
Il s’agissait de Kpadénou Ulrich du collège Augustin Planque de Lomé qui a obtenu une médaille en argent ; de Soussou Désiré du lycée d’Adidogomé I qui a décroché une médaille en bronze et de Akakpo-Djakpata
Mathieu du lycée scientifique de Lomé qui est également revenu avec une médaille en bronze.
L’objectif de cette présentation des médailles est de passer par le canal des médias pour rendre public les actions dela SSM@T et susciter par la même occasion l’engouement auprès des jeunes, afin qu’ils s’intéressent davantage aux sciences mathématiques.
Cette cérémonie a aussi servi de cadre pour remettre aux enseignants desdits lauréats, une attestation de reconnaissance, en guise de gratitude envers eux pour les efforts consentis dans la formation et l’encadrement de ces lauréats. Ils étaient au nombre de trois, à savoir M. Agbéto Koffi du lycée scientifique de Lomé ; M. Matri Kossigan du collège Augustin Planque de Lomé et de Togbui Kossi du lycée d’Adidogomé I, tous enseignants des sciences mathématiques.
Les autorités présentes à cette cérémonie de présentation des médailles étaient notamment la directrice de cabinet du ministère des Enseignements supérieurs, Mme Gaméti Dzita; la deuxième vice-présidente de l’Université de Lomé (UL), Mme Kpégba Kafui et le Pr. Tchariè Kokou, président de la SSM@T.
La directrice de cabinet du ministère des Enseignements supérieurs, a encouragé les médaillés et indiqué que ces distinctions honorifiques ne doivent pas être pour eux une fin en soi et qu’ils se doivent de redoubler d’efforts pour la suite. Elle a demandé aux membres de la SSM@T de promouvoir également la fille et exhorté celles-ci au sérieux dans les études en choisissant les sciences, afin que pour les prochaines éditions, le Togo soit désormais présent avec des candidats filles.

Pour la deuxième vice-présidente de l’Université de Lomé (UL), ces lauréats à travers ces médailles ont honoré à la fois le Togo et les sciences mathématiques et les a félicités pour avoir compris le bien-fondé de cette science et de tout ce qu’elle donne comme opportunité pour leur devenir. Elle a au nom du président de l’UL et de toute la communauté de l’UL, exprimé sa gratitude aux médaillés et précisé qu’ils seront accueillis à bras ouvert à l’UL au cas où ils désirent poursuivre en sciences mathématiques. « Que ces prix soient pour vous un défi d’aller de l’avant et de faire mieux », a dit la 2 ème vice-présidente de l’UL.
Le Pr. Tchariè Kokou a indiqué que pour participer à ce concours, il faut d’abord être élève, de préférence du lycée, avoir moins de 20 ans et n’être pas détenteur du diplôme de baccalauréat deuxième partie. « Le gouvernement vient de lancer un programme ambitieux de développement qui implique l’industrialisation, conditionnée à son tour par la formation des ingénieurs et des techniciens. Pour avoir du personnel dans ces deux corps de métier, la matière centrale c’est la maîtrise des mathématiques. C’est tout ceci qui justifie la décision des chefs d’Etats Africains depuis 1976 de créer la société des sciences mathématiques dans leurs pays respectifs », a expliqué le Pr Tchariè.
Il a affirmé que pendant longtemps, cette science a été mal enseignée, au point où les élèves ont tendance à la considérer comme une matière redoutable. « C’est pour lever cet équivoque et amener les enseignants à démystifier cette matière, en vue de favoriser son intéressement auprès des élèves que la société a vu le jour. Pour y parvenir, elle organise des séances de sensibilisation, voire des compétitions », a-t-il ajouté.

Rodolphe A .

Partage

Répondre