APUREMENT DES DETTES ENERGETIQUES : LA BOAD ACCORDE UNE ENVELOPPE DE 25 MILLIARDS AU TOGO

0

APUREMENT DES DETTES ENERGETIQUES : LA BOAD ACCORDE UNE ENVELOPPE DE 25 MILLIARDS AU TOGO

 

La Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) a accordé une enveloppe de 25 milliards FCFA à l’Etat Togolais, pour appuyer la Compagnie d’énergie électrique du Togo (CEET) dans son plan d’apurement des dettes contractées auprès de ses fournisseurs.

 

Cette enveloppe devrait permettre à la société publique de fourniture de l’électricité de régler une partie de ses factures auprès de ses partenaires. Il y a un an, en effet,  les autorités en charge du secteur énergétique ont pris des dispositions, afin d’honorer les divers engagements pris envers la Communauté électrique du Bénin (CEB), structure commune au Togo et au Bénin, qui avait assuré pendant 50 ans le service public de production et de transport de l’énergie électrique.

Cet endettement du Togo auprès des fournisseurs se justifie par le fait que le pays  dépend encore à près de 50% des fournisseurs extérieurs et qu’il s’est doté d’une stratégie globale d’électrification à l’horizon 2030 qui occasionne des investissements conséquents dans tous les domaines énergétiques.  Ce projet audacieux d’électrification devrait porter la couverture du territoire national à 50% en 2020, 75% en 2025, puis 100% en 2030, avec dans le viseur, l’installation de centrales thermiques et solaires pour assurer l’indépendance énergétique du pays.

Ce prêt contracté par le Togo auprès de la BOAD, fait  suite  à la déclaration le 18 juillet 2018, du ministre nigérian de l’énergie, des travaux publics et du logement, Babatundé  Fashola, qui stipulait  que les clients internationaux auxquels son pays fournissait de l’électricité devraient  régler leurs impayés au risque de se voir déconnectés du réseau. Pays au rang desquels se trouve le Togo, en plus du Niger et du Bénin.

En guise de rappelle, depuis  1er  janvier 2019, le Bénin et le Togo, assurent  directement, chacun de son côté, l’importation de ses besoins en énergie. C’est l’une des décisions ayant sanctionné le mini-sommet intergouvernemental, tenu à Lomé le mardi 27 novembre 2018, en présence des présidents Faure Gnassingbé et Patrice Talon.

Rodolphe

Partage

Répondre