2 ÈME SESSION DE L’ANNÉE DU CONSEIL NATIONAL DE CRÉDIT :LA CROISSANCE ECONOMIQUE DU TOGO DEVRAIT ATTEINDRE 5,1% en 2019

0

Le Ministre de l’Économie et des Finances, Sani Yaya qui a présidé, le jeudi 4 juillet 2019 à Lomé, la 2 e session du Conseil National du Crédit (CNC) du Togo au titre de l’année 2019 a affirmé que la croissance économique «devrait atteindre 5,1% en 2019, après 4,9% en 2018 et 4,4% en 2017».
Cette hausse serait impulsée par tous les secteurs d’activité, en particulier le secteur tertiaire, dans un contexte de maîtrise des équilibres macroéconomiques », a-t-il expliqué.
Selon lui, le taux d’inflation annuel moyen restera faible pour ressortir à 1,7% en 2019, contre 0,9%en 2018.
L’encours de la dette publique sur le PIB a continué à se replier et s’est situé à 67,3% à fin mars pour une norme communautaire de 70%. Une tendance qui devrait par ailleurs se poursuivre avec la maîtrise du déficit public. Ces bons résultats économiques, a rappelé le ministre, ont justifié le satisfécit du FMI à l’issue de sa 4ème revue le 26 juin dernier.
Commentant les récentes réformes structurelles dans les domaines de la gestion des finances publiques et de l’environnement des affaires, le ministre Yaya a indiqué qu’après l’apurement des arriérés, les réformes budgétaires se poursuivent.
La situation du financement de l’économie a été également un autre point important soulevé par le ministre. « Au 31 mars 2019, les crédits à l’économie ont progressé, sous l’impulsion des activités d’intermédiation des banques et des SFD», a relevé Sani Yaya.
La réunion du conseil de crédit examine la situation économique financière et monétaire de l’UEMOA (un regroupement de 8 Etats) et du Togo à fin mars 2019, l’évolution des établissements de crédit, et fait le point sur le financement de l’économie.
La réunion s’est déroulée en présence de Kossi Ténou, le directeur national de la BCEAO (Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest) et de Demba Tignokpa, la ministre de la Planification du Développement et de la Coopération.

Ignace T.

Partage

Répondre