RIPOSTE NATIONALE CONTRE LE COVID-19 : LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DÉCRÈTE UN ETAT D’URGENCE SANITAIRE DE TROIS MOIS

0

Le président de la République, Faure Gnassingbé s’est adressé le mercredi 1er avril 2020 à la nation en décrétant un état d’urgence sanitaire de trois mois assorti d’importantes mesures socio-économiques dans le cadre de la riposte nationale contre la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19).

Faure Gnassingbé a situé son adresse dans un contexte tout particulier où le monde fait face à une crise sanitaire sans précédent provoquée par le coronavirus. La pandémie n’épargne aucun continent, aucun pays. « A l’heure où je vous parle, le monde compte plus de 40 mille morts et près d’un million de personnes infectées. Malgré les dispositions prises çà et là, le nombre des cas confirmés de Covid 19 continue d’augmenter, la pandémie poursuit sa course folle et dévastatrice, bouleversant toutes les certitudes » a déploré le chef de l’Etat.

Pour lui, tout porte à croire que la bataille pour venir à bout de la pandémie ne fait que commencer précisant que le Togo est également touché par la pandémie du coronavirus avec 36 cas de contamination confirmés dont 24 sont en traitement. Dix personnes sont guéries et 2 ont trouvé la mort.

La situation est de toute évidence inquiétante face à un virus particulièrement dangereux et le chef de l’Etat comprend qu’elle suscite des peurs et des angoisses.
Mais il a rassuré que cette bataille sera ensemble menée et gagnée par les Togolais.
« Face à la gravité de la situation et en conformité avec les dispositions constitutionnelles, je décrète l’état d’urgence sanitaire au Togo pour une période de trois mois. Cette disposition de notre Constitution, jamais mise en œuvre dans l’histoire récente de notre nation, est la preuve de la gravité de la situation à laquelle nous sommes confrontés. L’état d’urgence nous permettra d’adopter des mesures exceptionnelles de riposte sanitaire et de police générale qu’imposent les circonstances actuelles », a annoncé le chef de l’Etat. Il a aussi instauré un couvre-feu à compter du 2 avril 2020 et ce, jusqu’à nouvel ordre entre 20 heures et 6 heures du matin avec un réajustement des horaires de travail pour qu’elles tiennent entre 9 heures et 16 heures. Les restrictions de circulation et de regroupement qui découleront de l’état d’urgence visent à contenir l’épidémie afin de pouvoir mieux l’endiguer.

CREATION D’UNE FORCE SPECIALE ANTI-PANDEMIE

Le Chef de l’Etat a créé par décret une force spéciale anti-pandémie composée de 5.000 hommes, qui sera chargée de veiller au respect des décisions prises dans le cadre de la lutte contre le COVID-19. Il s’agira d’une force mixte composée des forces de défense et de sécurité sur le modèle déjà connu de la FOSEP.
Le président de la République compte sur le sens collectif de civisme des Togolais pour appliquer l’ensemble des mesures prises afin de remporter la bataille contre cet ennemi invisible précisant qu’aucun écart ou manquement ne sera toléré. « Selon l’évolution de la situation d’autres dispositions pourront être prises. Il s’agit de mener une véritable bataille, une guerre contre le coronavirus », a-t-il poursuivi.

DES MESURES SOCIOECONOMIQUES POUR SOULAGER LES CONCITOYENS

Le chef de l’Etat prévoit le lancement dans les prochains jours d’un programme de transferts monétaires pour aider les concitoyens qui seront les plus affectés par la crise; la gratuité pour trois mois de l’eau et l’électricité pour les tranches sociales ; la réflexion sur la situation des jeunes entrepreneurs qui viennent de lancer leurs activités. A cela s’ajoute la mise en place de mesures spécifiques d’accompagnement pour soutenir la production agricole et assurer l’autosuffisance alimentaire ; la réflexion avec le secteur privé en vue de l’adoption de mesures de soutien à la consommation, à la production et à la sauvegarde de l’emploi, une étude par le gouvernement de la situation fiscale des entreprises, notamment celles qui sont les plus exposées aux conséquences de la crise.
« Nous voulons affirmer que face à cette épreuve la solidarité nationale sera au rendez-vous pour aider les plus démunis d’entre nous, les plus faibles, les plus défavorisés. Aucun Togolais ne sera laissé pour compte dans cette bataille que nous engageons ensemble. C’est pour cela que j’ai demandé au gouvernement d’étudier toutes les possibilités pouvant nous permettre de préserver au mieux l’activité économique des conséquences de la crise. Nous prendrons, en relation avec les institutions de l’Union économique et monétaire ouest africaine, des mesures pour soutenir les entreprises en particulier les PMI/PME affectées par les conséquences de la pandémie. Une attention particulière sera accordée à la situation de nos aux jeunes entrepreneurs qui viennent de lancer leurs activités, et ce, de manière courageuse. Cette crise ne doit pas nous faire perdre de vue les objectifs fixés par le Plan national de développement. C’est pour cela que nous mettons en place des mesures spécifiques d’accompagnement pour soutenir la production agricole et assurer l’autosuffisance alimentaire dans notre pays », a confié Faure Gnassingbé.

CREATION D’UN FONDS NATIONAL DE SOLIDARITE ET DE RELANCE ECONOMIQUE

Pour financer toutes ces mesures socio-économiques, le président de la République a mentionné la création d’un Fonds national de solidarité et de relance économique de 400 milliards de francs CFA. Pour lui, ce fonds sera alimenté par l’apport du gouvernement, les mobilisations auprès des partenaires internationaux, du secteur privé national et international et de toutes les bonnes volontés.
Le président de la République a parlé de l’identification des structures sanitaires sur toute l’étendue du territoire pour accueillir les personnes testées positives au Coronavirus et le renforcement des moyens de ces structures afin qu’elles puissent faire face à la situation. La mise en place d’un Collège Scientifique dont la mission est d’éclairer le gouvernement sur les meilleures dispositions à mettre en œuvre et les protocoles à utiliser pour soigner les malades a aussi été annoncée.
Le chef de l’Etat a, également, évoqué l’intensification de la surveillance et des tests en laboratoire de sorte que les porteurs du virus puissent être rapidement identifiés et pris en charge de manière adéquate afin de rompre la chaîne de transmission. M. Gnassingbé a, aussi, insisté sur le renforcement du dispositif d’une part avec l’acquisition de tests rapides, et d’autre part avec des laboratoires mobiles à l’intérieur du pays pour démultiplier les dépistages. Le président de la République a, par ailleurs, fait savoir que le gouvernement a pris toutes les dispositions pour doter les personnels soignants qui sont au front, de matériel de protection afin d’éviter qu’ils soient contaminés.
RESPECT RIGOUREUX DES GESTES BARRIERES
Le chef de l’Etat a appelé toute la population togolaise au respect rigoureux des gestes barrières et à l’adoption des comportements d’hygiène et de prévention. M. Gnassingbé a invité ses concitoyens à se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, ou avec du gel hydro alcoolique, à éviter les contacts physiques au maximum, à tousser dans le coude, à composer le 111 en cas de besoin d’assistance ou d’informations crédibles, à limiter au strict nécessaire leurs déplacements et à garder les bonnes distances pour rompre la chaine de transmission du virus.
« Je voudrais vous rassurer que cette bataille nous la mènerons et nous la gagnerons ensemble. Je sais pouvoir compter sur notre sens collectif de civisme pour appliquer l’ensemble des mesures prises qui nous permettront de remporter la bataille contre cet ennemi invisible », a conclu le président de la République

GRACE PRÉSIDENTIELLE A 1048 DÉTENUS

1048 détenus ont bénéficié, le jeudi 2 avril, d’une remise de peine, une mesure prise par Faure Gnassingbé pour désengorger les prisons et protéger la population carcérale contre la Pandémie du covid-19.
Les prisonniers concernés sont des personnes qui sont presque arrivées en fin de peine’, a indiqué Idrissou Akibou, directeur de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion (DAPR). La mesure a pris effet immédiatement.

Ignace T.

Partage

Répondre