PROJET D’IDENTIFICATION BIOMETRIQUE : LE TOGO BENEFICIE D’UN APPUI DE 43,4 MILLIARDS DE DOLLARS

0

PROJET D’IDENTIFICATION BIOMETRIQUE :   LE TOGO BENEFICIE D’UN APPUI DE 43,4 MILLIARDS DE DOLLARS

 

Le Togo a bénéficié d’un appui de 43,4 milliards de FCFA de la Banque Mondiale dans le cadre de la mise en œuvre de son projet d’identification nationale biométrique (e-ID Togo). Cette information a été portée à la connaissance du public par la ministre des Postes, de l’Economie numérique et des Innovations technologiques, Mme Cina Lawson le mercredi 29 avril à Lomé. Approuvé la veille à Washington, ce financement se situe dans la deuxième phase du Programme d’identification unique pour l’intégration régionale et l’inclusion en Afrique de l’Ouest (WURI).

Le projet e-ID Togo a pour ambition de doter chaque Togolais et chaque personne résidant au Togo d’un Numéro d’identification unique (NIU). Il devra également permettre à l’Etat de disposer d’informations fiables afin de fournir des services publics et sociaux de qualité.

Cette identification biométrique consistera principalement à attribuer à toute personne physique de nationalité togolaise ou résidant au Togo, un NIU sur la base de ses données démographiques et biométriques. Le projet e-ID Togo vise au total, huit millions de personnes. Cela servira, entre autres, à la mise en place d’un registre social unique et la couverture maladie universelle, la mise à jour simplifiée du fichier électoral, le suivi administratif du citoyen.

Le système e-ID Togo, permettra à terme, la délivrance de documents authentiques et de nouveaux documents d’identité sécurisés, conformes aux standards internationaux. En outre, l’utilisation d’un NIU et l’authentification biométrique des personnes, seront utiles pour parer au cas de fraudes et d’abus d’identité.

Au Togo, de nombreuses actions préparatoires ont été déjà menées sur le terrain dans le processus de la mise en place du système national d’identification biométrique qui, fait partie de la modernisation et la réforme de l’administration publique engagé par le pays. Composé de six phases, le projet e-ID Togo a connu ses trois premières phases de juillet à novembre 2017. Le 21 janvier dernier, le gouvernement, à travers le ministère des Postes, de l’Economie numérique et de l’Innovation technologique a, en collaboration avec ses partenaires notamment la Banque mondiale, lancé un processus de concertation nationale multi acteurs. Ce processus a pour but de rendre inclusif le projet et de lui assurer un succès à travers l’adhésion des populations. Le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a, lui-même, annoncé lors de sa campagne électorale du 22 février 2020, le « démarrage effectif » de ce projet cette année.

Ce financement accordé au Togo entre dans un accompagnement globale de quatre pays ouest-africain, à savoir le Bénin, le Burkina-Faso, le Niger et le Togo, pour leur intégration dans le programme régional d’identification biométrique. En effet, selon la directrice de l’intégration régionale en Afrique à la Banque mondiale, Mme Deborah Wetzel « le programme WURI apportera aux pays, des avantages considérables tant au niveau national que régional. Les systèmes d’identification numérique de base peuvent jouer un rôle important dans la prestation des services de protection sociale, de santé et d’inclusion financière, et sont plus importants que jamais dans la période que nous vivons actuellement avec le COVID-19 ». Pour elle, le programme WURI devra concrètement aider les pays à mettre en place leur mécanisme d’identification, en tenant compte des besoins et des spécificités de chaque pays.

Ce programme WURI porté par la CEDEAO, vise à mettre en place des systèmes d’identification de base qui incluent toute personne présente physiquement dans l’espace communautaire, indépendamment de sa nationalité, de sa citoyenneté ou de son statut juridique. Il devra contribuer ainsi, à améliorer l’accès aux services de base tels que la protection sociale et médicale, la retraite, l’inclusion financière et numérique, l’autonomisation des femmes et des filles, ou la mobilité des travailleurs.

Le financement total de 273 millions de dollars $ approuvé à l’endroit de ces 4 pays, concerne 65 millions de personnes.

                                                                                                                        Daniel H.

 

Partage

Répondre