FORMALISATION DE L’ECONOMIE ET DU TRAVAIL DECENT UN FORUM SOUS REGIONAL REUNIT DES EXPERTS DE DIX PAYS A LOME

0

Des experts de dix pays d’Afrique et de l’Europe ont participé, du 7 au 10 septembre à Lomé, à un forum sous régional sur la formalisation de l’économie informelle et la promotion du travail décent, organisé par le Bureau International du Travail (BIT).

De l’avis du BIT, la formalisation de l’économie informelle est un passage nécessaire pour le développement économique des pays, notamment ceux de l’Afrique. Le forum de Lomé a réuni les experts du Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Madagascar, Maroc, Mauritanie, Sénégal, Togo, Tunisie, France et de la Suisse. Ces experts ont  échangé sur les stratégies, pour une mise en œuvre efficiente des politiques de formalisation et les conditions d’un travail décent pour tous. 

L’événement offre l’occasion d’apprendre au sujet des méthodologies et expériences les plus récentes pour faciliter la transition vers l’économie formelle et réduire l’informalité en Afrique. Il a été  aussi question d’échanger sur les pratiques existantes dans les différents domaines d’intervention et adapter les leçons apprises à des contextes nationaux spécifiques. 

Au cours des travaux, les participants  ont planché sur des thématiques telles que « causes et caractéristiques de l’emploi informel en Afrique ; quels régimes fiscaux et dispositifs d’enregistrement pour les micros et petites entreprises et les travailleurs indépendants et extension de la couverture de protection sociale aux travailleurs de l’économie informelle ». D’autres sessions  ont abordé les questions de stratégies intégrées et mécanismes de coordination pour la transition vers l’économie formelle, ainsi que le dialogue social et le rôle des organisations de travailleurs et d’employeurs dans la transition vers l’économie formelle. Il y a eu aussi la réunion des points focaux gouvernance. Ces discussions ont été facilitées par des experts du BIT et des consultants.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par la Secrétaire d’Etat auprès du président de la République chargée de la Finance inclusive et du Secteur informel, Mme Assih Mazaesso.

C’était en présence de son collègue de la Fonction publique, du Travail et des Réformes administratives, Gilbert Bawara et du directeur du Bureau pays de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à Abidjan, Dramane Haidara. Il y avait aussi les premiers responsables du patronat, des organisations syndicales, du conseil national du dialogue social et les coordonnateurs du système des Nations unies du Togo et du Bénin. 

La Secrétaire d’Etat a indiqué que la formalisation de l’économie informelle est une priorité du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé et du gouvernement prenant en témoignage la création d’un Secrétariat d’Etat chargé de la Finance inclusive et du Secteur privé. Mme Assih a affirmé que cette volonté des plus hautes autorités du pays a été traduite dans les faits par l’adoption de plusieurs textes et mesures incitatifs. Elle a cité, entre autres, la création de la Délégation à l’organisation du secteur informel (DOSI), la facilitation accordée aux acteurs de l’informel pour la création des entreprises et l’adoption des textes pour améliorer le climat des affaires.

La ministre a appelé à des échanges fructueux sur les expériences et les bonnes pratiques en la matière. Elle a témoigné sa gratitude au BIT pour son engagement à accompagner le Togo dans le processus de formalisation de l’économie informelle.

Le directeur du Bureau pays de l’OIT a remercié le Togo pour avoir accepté d’abriter ce forum et qui montre l’engagement du pays à œuvrer dans le sens de la  recherche d’une croissance plus inclusive. Pour M. Haidara, l’économie informelle est la réalité du monde du travail pour une grande majorité de la population mondiale, précisant que plus de 2 milliards de personnes y travaillent, soit environ 60% de la population active mondiale et 90% de l’emploi total en Afrique subsaharienne (OIT 2017). Il a souligné que les travailleurs de l’informel sont en grande majorité pauvres et vulnérables, exposés à un degré élevé de risques et à un large éventail de déficits de travail décent. Le directeur du Bureau pays a appelé à travailler à la transition vers la formalisation et réaffirmé l’engagement du BIT à accompagner le processus.

Le porte-parole de la Confédération syndicale des travailleurs du Togo (CSTT), Enselme Gouthon a, dans son adresse, évoqué la précarité et l’absence de protection sociale dans l’informel. Il a salué l’initiative du BIT et émis le vœu qu’elle aboutisse pour offrir un espoir aux travailleurs de l’informel.

Rodolphe A.

Partage

Répondre