46e ANNIVERSAIRE DE L’ATTENTAT DE SARAKAWA LE PEUPLE TOGOLAIS REND HOMMAGE AUX MARTYRS LE CHEF DE L’ETAT PRESIDE LA CEREMONIE DANS LA KOZAH

0

Le 46ème anniversaire de l’attentat de Sarakawa a été commémoré dans le recueillement, le vendredi 24 janvier sur les lieux du drame à Sarakawa, au nord du pays. Une occasion pour tous de se rappeler et d’honorer la mémoire des vaillants togolais qui ont perdu leur vie dans cet « attentat déguisé en accident d’avion » qui avait failli coûter la vie au père de la nation, feu Gnassingbé Eyadéma.

Le président de la République, Faure Gnassingbé a présidé la cérémonie à Sarakawa. Il était entouré du Premier ministre, Komi Sélom Klassou, de la présidente de l’Assemblée nationale, Mme Yawa Tségan, des présidents des institutions de la République, des députés et des membres du gouvernement. On notait également la présence des autorités civiles et militaires dont les préfets de la région de la Kara et de plusieurs autres personnalités. Les survivants de cet attentat, notamment les Adjudants Chefs Mèhèza et Aoui étaient aussi présents à ce 46ème anniversaire à Sarakawa.
La cérémonie a été marquée par le dépôt de gerbes par le chef de l’Etat au mausolée, suivi de la sonnerie aux morts. L’assistance a écouté de nouveau le message du père de la nation, feu président Eyadéma adressé au peuple togolais le soir de l’attentat, ainsi que les chants de recueillement exécutés par des chorales et groupes organisés en mémoire des illustres disparus.

Le ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi, a rappelé que la commémoration du 24 janvier est une occasion pour les Togolais de méditer aussi bien le contenu du message délivré le soir drame par le père de la nation et que d’autres messages clés qu’il n’a cessé d’adresser au peuple togolais. Pour lui, le devoir pour lequel il ne fallait jamais faillir, c’est celui de se battre sans cesse pour garantir la paix et la sécurité. « Ce climat sécuritaire et cette paix ont fait de notre pays « la Suisse d’Afrique » et le centre de toutes les conférences internationales d’alors », a rappelé le ministre Payadowa. Il a souligné que, le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé fait de la paix le soubassement de sa politique depuis qu’il préside aux destinées aux destinées du Togo.
A son arrivée sur les lieux comme à son départ, le chef de l’Etat a reçu les honneurs militaires rendus par un détachement du Régiment Para-Commando (RPC) de Kara, placé sous les ordres du chef corps du camp général Améyi, Col Allahari Dimini.
Des manifestations similaires se sont déroulées dans toutes les préfectures du pays où les représentants du pouvoir central ont déposé des gerbes aux places des martyrs.

Rappel Historique

La catastrophe de Sarakawa est un accident aérien survenu le 24 janvier 1974 à proximité de la localité de Sarakawa, dans le nord du Togo. Un Douglas C-47 Skytrain effectuant la liaison entre les villes de Lomé et de Pya, transportant plusieurs personnalités politiques et militaires togolaises dont le président de la République, feu Gnassingbé Eyadéma, s’écrase en pleine brousse faisant plusieurs victimes. Si le président Eyadema et d’autres personnalités sont sortis indemnes, d’autres par contre y ont laissé leur vie. Survenu lors d’une période de refroidissement dans les relations entre la France et le Togo pour des raisons commerciales (le Togo ayant décidé de créer quelques jours auparavant un Office Togolais des Phosphates, concurrençant ainsi directement la Compagnie Togolaise des Mines du Bénin ou C.M.T.B à capitaux majoritairement français, dans l’exploitation du minerai), l’accident est vu par le président comme un sabotage organisé par les autorités françaises et la C.M.T.B afin de tenter de l’assassiner. Cet accident conduira quelques jours plus tard feu président Gnassingbé Eyadema à nationaliser la CTMB.

Rodolphe A.

Partage

Répondre