SOMMET CEDEAO: LA CRISE TOGOLAISE AU COEUR DES TRAVAUX

2

Les chefs d’Etats et de gouvernements de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) se sont réunis le 31 juillet dernier à Lomé pour un sommet consacré à la recherche des solutions à la crise politique qui secoue le Togo depuis le 19 août 2018. La fin des travaux du 53 ème sommet a été sanctionnée par une feuille de route avec plusieurs recommandations soumises à la classe politique togolaise dans son ensemble.Delta Infos revient dans sa parution actuelle sur les grandes lignes de ce rendez-vous de haut niveau de la Communauté ouest-africaine.

LA CRISE POLITIQUE TOGOLAISE
La crise politique togolaise a débuté avec la grande manifestation publique de rue organisée par le Parti national panafricain (PNP) de Salifou Tikpi Atchadam le 19 Août 2017.
Depuis près d’un an, jusqu’à la tenue du Sommet de la CEDEAO le 31 Juillet, la crise s’est traduite par des manifestations publiques dans plusieurs villes du pays où les militants de l’opposition dans son ensemble exigent des réformes politiques.
Entre autres exigences, les manifestants demandent que le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, ne soit pas candidat à la présidentielle de 2020.

DIALOGUE INTER-TOGOLAIS
Face à la gravité de la situation, l’idée d’un dialogue inter-togolais a été actée. La CEDEAO s’est alors saisie de l’affaire et a désigné dans un premier temps un facilitateur, en la personne du président du Ghana voisin, Son excellence Nana Akufo- Addo. Ensuite, le président Guinéen, le professeur Alpha Condé a été désigné à son tour pour s’adjoindre à son homologue Ghanéen comme médiateurs entre le pouvoir et l’opposition.
Le dialogue s’est déroulé sur plusieurs rounds pendant plusieurs mois sans faire bouger les lignes. Et c’est dans ce contexte que les chefs d’Etat de la CEDEAO se sont réunis à Lomé le 31 Juillet 2018 pour soumettre des propositions de sortie de crise avec une feuille de route assortie des recommandations aux protagonistes de la crise, notamment le parti au pouvoir et la coalition des 14 partis de l’opposition.

LES RECOMMANDATIONS DE LA CEDEAO POUR UNE SORTIE DE CRISE
A l’issue de la 53ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etats et de gouvernements de la CEDEAO, la feuille de route pour une sortie de la crise sociopolitique au Togo est désormais connue.
Les dirigeants de la sous- région ont tracé la voie à suivre à la classe politique togolaise.
Dans leurs recommandations, ls ont prescrit l’adoption des réformes constitutionnelles et institutionnelles par voie parlementaire.

La CEDEAO a invité le gouvernement et les acteurs politiques à œuvrer en vue de l’adoption des réformes constitutionnelles en prenant en compte le mode de scrutin à 2 tours pour l’élection du président de la République, la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels,la recomposition de la Cour Constitutionnelle pour revoir sa composition et limiter le nombre de mandats de ses membres, le renforcement du processus électoral.
Selon le communiqué final du sommet lu par le ministre togolaise des Affaires étrangères, le Prof Robert Dussey, « la conférence des Chefs d’Etat encourage le gouvernement togolais à poursuivre les mesures d’apaisement en accélérant les procédures judiciaires relatives aux personnes arrêtées lors des manifestations politiques et d’étudier la possibilité des mesures additionnelles en faveur de ces personnes ».
Les chefs d’Etats de la CEDEAO ont également adressé un message aux acteurs de la société civile. Ils leur demandent de s’abstenir, en toute circonstance, des actes et propos susceptibles d’alimenter de nouvelles tensions et de compromettre les efforts en cours. Ils ont, par ailleurs, demandé aux forces de sécurité de faire preuve de professionnalisme dans leur mission de maintien d’ordre.
Au titre des réformes, la conférence des Chefs d’Etat de l’organisation communautaire exhorte le gouvernement à procéder à la révision intégrale du fichier électoral en vue de l’organisation, le 20 Décembre 2018 des élections législatives.
Dans le document, les chefs d’Etats de la CEDEAO saluent l’accélération et la finalisation du recensement électoral pour établir les listes électorales fiables, la possibilité pour les togolais de la diaspora de voter dans leurs lieux de résidence lors des élections nationales, le déploiement des observateurs électoraux.
Félicitant l’opposition togolaise pour son esprit d’ouverture et de dialogue, les chefs d’Etat de la CEDEAO indiquent avoir demandé à la Commission de l’organisation d’apporter son appui et son expertise technique dans l’organisation et le déroulement des prochaines élections.
Au-delà de ces recommandations, l’organisation maintient Nana Akufo-Addo et Alpha Condé comme médiateurs. Ils doivent poursuivre les efforts en vue d’une résolution rapide et durable de la situation sociopolitique au Togo et rendre compte à la conférence des Chefs d’Etats lors de la prochaine session.
De même, un comité de suivi est institué pour assurer le suivi de la mise en œuvre des décisions issues du sommet :le comité des représentants des facilitateurs, de la majorité au pouvoir, de la coalition des 14 partis de l’opposition et de la commission de la CEDEAO.

COMITE DE SUIVI DE LA FEUILLE DE ROUTE
« Afin d’assurer l’évaluation de la mise en œuvre des décisions » par les acteurs de la politique togolaise, un comité de suivi a été mis en place par la CEDEAO avec à sa tête le président de la Commission, Monsieur Jean-Claude Kassi Brou et les représentants des facilitateurs.
Deux réunions ont été tenues à Lomé par ce Comité avec pour objectif de faire le point de la mise en œuvre de la feuille de route prescrite le 31 Juillet 2018 par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO en vue d’une sortie de crise du Togo.

PREMIERE REUNION DU COMITE DE SUIVI
La première réunion a eu lieu le 11 Septembre 2018 à Lomé. A cette rencontre, le président de la Commission a souligné qu’ils sont: « heureux de voir se tenir la toute première réunion du comité de suivi. Il s’agira donc de faire l’évaluation de la mise en œuvre de la feuille de route pour faire avancer le processus et apporter des solutions qui seront nécessaires dans chaque sens ».
Il a partagé avec l’assistance l’essentiel des activités menées par la CEDEAO dans le cadre de son appui au processus de normalisation de la situation politique au Togo. La CEDEAO a recruté, a-t-il indiqué entre autres, des experts électoraux, des experts en droit constitutionnel, en audit du fichier électoral et autres.
Le chef de la commission de la CEDEAO a réitéré l’engagement de l’institution communautaire à travailler de concert avec les différentes parties prenantes au dialogue inter-togolais, notamment à « faire avancer l’ensemble des réformes » en vue de la tenue des élections législatives le 20 Décembre 2018.

DEUXIEME REUNION DU COMITE DE SUIVI
La deuxième réunion du Comité de suivi a eu lieu le dimanche 23 Septembre 2018 à Lomé. Les débats de cette 2ème rencontre se sont concentrés sur la mise en œuvre des reformes proposées par la Communauté et la recherche des voies et moyens pour organiser de manières consensuelles les prochaines élections.
Et la suite !!!
La suite du processus, les togolais la connaissent et la vivent ainsi que les facilitateurs, les experts électoraux de la CEDEAO et la Communauté internationale.
Le gouvernement assure la continuité de l’Etat pendant que la CENI poursuit son travail au quotidien et sans relâche en vue de l’organisation des prochains scrutins pour être dans le temps avec le calendrier des recommandations de la CEDEAO.
En attendant qu’un consensus soit trouvé pour le renforcement de la CENI, celle qui est sur place a déroulé un chronogramme devant conduire le processus électoral.
Recensement électoral
Zone N°1 : du 1er au 08 Octobre 2018
Zone N°2 : du 17 au 24 Octobre 2018
Appel à candidature pour les élections locales du 15 au 29 Octobre
Appel à candidature pour les élections législatives du 22 Octobre au 05 Novembre 2018
Campagne pour les élections locales et le référendum du 30 Novembre au 14 Décembre 2018

Campagne pour les élections législatives du 04 au 18 décembre 2018.

Zico G.

 

Partage

2 commentaires

Répondre