LE TOGO VALIDE LE NOUVEAU PLAN NATIONAL INTEGRE DE LUTTE CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME

0

Le Togo a validé son nouveau plan national intégré de lutte contre la drogue et le crime (PNIDC) 2020-2024, dun coût total de plus de 21 millions dollars, au cours d’un atelier organisé du 8 au 10 octobre à Lomé par le Comité national anti-drogue (CNAD) avec l’appui de la Commission de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). 

Cette rencontre a permis d’examiner et affiner les interventions ciblées dans ce plan tout en s’assurant de leur cohérence avec les politiques sectorielles et le plan directeur du développement national.

 « Le draft du plan multisectoriel s’articule autour de cinq axes stratégiques visant à réduire l’offre et la demande des drogues au Togo, notamment à travers l’amélioration de la réponse pénale, le développement des compétences en matière de détection des drogues et d’investigation sur les questions du trafic, la mise en place des interventions de prévention et l’amélioration de l’accès aux soins de qualités aux personnes aux prises avec des substances psychoactives », a expliqué le secrétaire permanent du CNAD, Lieutenant-colonel Amayi Kossi Baoumodom.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehame a relevé que les problèmes de drogue continuent de susciter de réelles inquiétudes à cause des récents développements dans son trafic, et aussi à travers la diversité des produits psychotropes apparus sur les marchés illégaux. « Les drogues continuent de traverser nos frontières, nos aéroports, nos ports et de circuler dans nos communautés et établissements scolaires, ceci malgré les efforts du gouvernement », a-t-il poursuivi.

Pour le ministre, il est salutaire et impérieux de garder une vision holistique de la lutte, conformément aux recommandations de la session extraordinaire de l’Assemblée des nations unies contre la drogue (UNGASS en 2016), tout en renforçant des liens de collaboration avec les services d’application de la loi, et ceux intervenant dans la prévention, le traitement et la réhabilitation.

Le représentant permanent   de la CEDEAO près la République togolaise, l’ambassadeur Garba Lompo a indiqué que la question de la drogue est plus qu’une simple menace. « Le trafic de drogue nuit à la stabilité socio-politique et économique d’une nation. La région de la CEDEAO est de plus en plus exposée à des menaces de sécurité. Fait inquiétant car les laboratoires clandestins qui fabriquent des stimulants de type amphétamine et les nouvelles substances psychoactives, la prolifération de la criminalité cybernétique et le « Darknet » ne font qu’augmenter. La CEDEAO a fait preuve  d’engagement fort face aux défis liés à la paix, la sécurité de la région en mettant en place des mesures politiques et juridiques pour assurer une médiation efficace des conflits et restaurer la gouvernance démocratique et la paix dans la région », a conclu M. Gaba Lompo. 

Ignace T .

Partage

Répondre