INFRASTRUCTURES ROUTIERES : LA NATIONALE N°17 OUVERTE A LA CIRCULATION EN TOUTE SAISON

0

Le président de la République, Faure Gnassingbé a inauguré le jeudi 28 novembre, les nouveaux ponts construits sur les rivières Kara long de 120m et Koumongou distant de 160m. La réalisation de ces nouvelles infrastructures se situe dans le cadre du projet de réhabilitation de la Route nationale (RN) n°17, composante stratégique du corridor logistique du Togo. La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du diplomate Japonais au Togo, Kuramitsu Kideaki. 

Les travaux de construction de ces ouvrages ont été exécutés par l’entreprise japonaise « KONOIKE Construction » sous le contrôle de Central Consultant pour une durée de trente- neuf mois. Ils ont coûté au total 20 milliards de francs CFA soit 16 milliards de francs CFA par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et les restes par l’Etat togolais.

L’ouverture de ces deux ponts permet désormais de relier les régions Centrale, de la Kara et des Savanes, notamment par les préfectures de Tchaoudjo, de la Kozah, de Bassar, de Dankpen, de l’Oti et de l’Oti Sud. Elle va faciliter le parcours du tronçon Sokodé-Sadori en un temps record et en toute saison mettant ainsi les usagers à l’abri des noyades avec leurs marchandises, produits agricoles, de pêche et d’élevage. Ces ouvrages faciliteront également les échanges commerciaux entre les localités bénéficiaires. Ils viennent alors contribuer au développement des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industries extractives répondant aux axes stratégiques 2 et 3 du Plan national de développement (PND) consacrés à la consolidation du développement social et au renforcement des mécanismes d’inclusion.

Ces joyeux vont permettre également de renforcer les capacités de la route nationale n° 17 et du corridor du Togo en tant que réseau logistique international. Ils permettent ainsi d’utiliser la RN 17 toute l’année et favorisent une meilleure logistique avec le Burkina Faso, qui partage des frontières avec le Togo, et le Mali et le Niger qui sont des pays enclavés.

En effet, tous les ponts de la rivière Kara, qui coupent la RN 17, sont des ouvrages de basses eaux et il n’existait pas de pont sur la rivière Koumongou. Pendant la saison des pluies, qui dure au moins six mois, les véhicules ne pouvaient pas franchir ces rivières. Grâce à cette mise en service, les difficultés sont désormais du passé. 

Le ministre en charge des Infrastructures et des Transports, Mme Zouréatou Kassa-Traoré a relevé les multiples avantages qu’offrent les deux ponts aux populations bénéficiaires.

« Les deux ponts constituent un vecteur de réduction à grande échelle de la pauvreté de toutes les couches sociales des deux régions en particulier et de tous les usagers en général. C’est aussi un projet intégrateur à forte potentialité économique car la zone d’influence des deux projets est réputée pour être une zone d’intense production agricole. Par ailleurs, la route transversale N° 17 au même titre que la route nationale N°1 fait partie intégrante du corridor logistique reliant le Port autonome de Lomé aux pays de l’Hinterland », a-t-elle fait savoir.

L’ambassadeur du Japon au Togo, Kuramitsu Kideaki a réaffirmé la disponibilité de son pays à accompagner le Togo dans sa démarche de développement des infrastructures de grande envergure. Il a indiqué que ces ponts qui donnent accès à la circulation constituent un corridor humanitaire d’éventuelles situations de sinistrés. Le diplomate japonais a ajouté que l’étude pour la construction de la voie de contournement de Sokodé est en cours de réalisation puis salué les efforts du gouvernement en la matière. 

Le porte-parole des populations bénéficiaires, M. Tagone Bonaventure a rappelé les difficultés auxquelles les usagers étaient confrontés dans la traversée en pirogue de ces rivières. Il a s’est dit heureux de l’ouverture de ces ouvrages qui permettront l’intensification des activités commerciales avec les autres régions du pays. 

Lancé en 2017, le projet de construction des deux ponts s’inscrit  dans la politique de désenclavement du pays et de création des pôles de développement socioéconomique par l’interconnexion des régions. Il entend dans sa seconde composante réhabiliter des tronçons Sokodé-Bassar-Kabou-Katchamba-Sadori dans l’Oti-Sud, distants de 210 km.

Daniel H.

Partage

Répondre