COOPÉRATION JAPON- AFRIQUE, TICAD : FAURE GNASSINGBE À LA 7ème CONFERENCE

0

Le Chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, a séjourné du 25 août au 1er septembre 2019 au Japon où il a pris part à la 7 ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 7), tenue du 28 au 30 août à Yokohama.

Axé sur le thème « Faire progresser le développement de l’Afrique en recourant aux peuples, à la technologie et à l’innovation », la rencontre de Yokohama a connu la participation de plusieurs dirigeants africains, des représentants d’organisations internationales et investisseurs de haut niveau.
Les chefs d’Etats africains, ou leurs représentants, et les dirigeants japonais, avec à leur tête le Premier ministre Shinzo Abé, ont pris un nouveau pari sur l’avenir au terme des travaux en définissant les orientations d’un modèle de coopération qui s’articule autour de priorités partagées, à savoir : la transformation économique, la promotion d’une économie résiliente, la paix et la stabilité.
Dans la déclaration de Yokohama, qui a sanctionné ces journées d’échanges et de concertations, le Japon et l’Afrique ont salué les progrès accomplis et d’importantes transformations opérées sur le continent africain et dans le monde depuis le début de la TICAD en 1993. Toutefois, ils ont convenu que la mise en œuvre de la TICAD soit guidée par les dynamiques et les priorités de développement de l’Afrique. Aussi, ont-ils adopté d’aligner le partenariat initié par le Japon sur la vision africaine telle qu’elle est clairement exprimée dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine (UA) et dans son Premier plan décennal de mise en œuvre ainsi que l’engagement pris au niveau mondial pour l’Agenda 2030 pour le Développement durable (ODD).
Conformément aux défis auxquels le continent noir fait face,les participants au forum de Yokohama ont pris l’engagement de travailler individuellement, mais aussi collectivement pour s’attaquer à ces questions. A l’instar de la problématique du réchauffement climatique, les migrations irrégulières, la perte de la biodiversité, etc.
L’accélération du progrès en matière de développement, en tirant profit des opportunités qui s’offrent à l’Afrique pour sa transformation constitue un autre point majeur des résolutions prises par le Japon et ses partenaires en faveur de ce continent. Ce, eu égard aux potentialités en termes de sources d’énergie renouvelable inexploitées, de terres arables, de ressources naturelles, voire de la jeunesse de sa population, qui constituent des atouts pour cette partie du monde.
Déclinant en action le thème du sommet de cette année: ‘’Faire progresser le développement de l’Afrique en recourant aux peuples, à la technologie et à l’innovation‘’,les dirigeants japonais et africains ont convenu de s’investir pleinement dans le développement des ressources humaines afin d’entrevoir le développement certain du continent noir.
Le Président Faure Gnassingbé a, au cours de son séjour japonais, mené plusieurs autres activités allant dans le sens du renforcement de la coopération bilatérale avec les pays frères et le pays hôte ou dans les perspectives du Plan National de Développement (PND) qui s’appuie sur un partenariat public-privé.
ENTRETIEN DU CHEF DE L’ETAT AVEC LE PREMIER MINISTRE JAPONAIS
Le Président de la République, Faure Gnassingbé s’est entretenu, le mercredi 28 août, en marge des travaux de la 7 ème conférence internationale sur le développement de l’Afrique de Tokyo, avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

 

Les échanges entre les deux personnalités ont essentiellement porté sur les différents axes de la coopération entre l’a rchipel nippon et le Togo. Le chef du gouvernement japonais s’est félicité de la qualité des relations bilatérales et de leur convergence de vues sur les questions de coopérations multilatérales.
Shinzo Abe qui avait également rencontré Faure Gnassingbé lors du dernier TICAD qui s’est tenu à Nairobi, a salué le Togo pour sa gouvernance propice au développement.
Le n°1 togolais s’est en retour réjoui du soutien du gouvernement japonais et de l’engagement des grandes entreprises nippones à investir au Togo. Le Président de la République en a profité pour rappeler les grands axes de la nouvelle dynamique de développement du Togo, contenue dans le Plan National de Développement. Plusieurs membres de la délégation togolaise ont pris part aux échanges.

DES INVESTISSEURS ET PERSONNALITÉS REÇUS PAR LE CHEF DE L’ÉTAT
La transformation agricole a également été au menu des discussions avec Mario Pezzini, Directeur de l’OCDE qui avait déjà pris part activement au Forum Togo-UE à Lomé mi-juin.
Les deux personnalités ont aussi abordé des questions de coopération et de mise en œuvre du PND.
Le n°1 togolais s’est ensuite entretenu avec le nouveau président du Fonds mondial pour le Sida, la tuberculose et le paludisme, Donald Kaberuka. L’intensification de la lutte contre ces fléaux, les projets du fonds ainsi que les préparatifs de sa prochaine grande assise prévue en Octobre à Lyon ont meublé les échanges. Les membres du gouvernement faisant partie de la délégation se sont d’ailleurs prêtés à une séance photos destinés à affirmer le soutien du Togo à cette mobilisation.
Faure Gnassingbé a enfin reçu le n°2 de l’Organisation japonaise du Commerce extérieur (JETRO), Katsumi Hirano. Le responsable, dont l’entité a organisé un forum d’affairesau cours duquel le Togo a animé un stand, a discuté avec le Président de la République d’investissement au Togo.

UN BUSINESS-FORUM A TOKYO SUR LES PROJETS STRUCTURANTS DU PND
Arrivée à Tokyo le dimanche 25 août dans le cadre de la 7ème conférence internationale sur le développement de l’Afrique de Tokyo (TICAD), la délégation togolaise conduite par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, a entamé des échanges avec les investisseurs japonais.
« Un business-forum a été organisé dans ce sens lundi. L’activité, qui a enregistré la participation des membres du gouvernement, a porté sur les projets structurants du Plan National de Développement (PND 2018-2022), dans les domaines de l’agriculture, des infrastructures, du commerce, de l’énergie, de l’économie numérique et du logistique » a rapporté mardi le site internet du gouvernement togolais.
L’objectif pour la délégation, dans la droite ligne des précédentes activités similaires menées dans plusieurs villes du monde, était d’exposer les potentialités du Togo ainsi que les atouts stratégiques de ce plan qui s’appuie essentiellement, dans sa réalisation, sur le secteur privé.

SIGNATURE D’UN PROTOCOLE D’ACCORD AVEC CFAO
Le Togo poursuit au Japon sa mobilisation d’investisseurs autour des principaux projets de développement déclinés dans le Plan national de développement PND (2018-2022).
Le ministre des postes, de l’économie numérique et des innovations technologiques Cina Lawson a établi mercredi, un protocole d’entente avec le géant de la distribution spécialisée CFAO Group et sa maison mère Toyota Tsusho Corporation.
« L’accord, qui sera mis en œuvre par la division Technonologies et Energies du groupe nippon, présent dans 36 pays d’Afrique, doit permettre d’appuyer le Togo dans la dématérialisation de son administration, dans le but de la rendre plus efficace et plus performante grâce au numérique » a annoncé mercredi le gouvernement togolais sur son site internet.
Le second volet de ce protocole d’entente concerne le développement des énergies propres, conformément à l’ambition du Togo déclinée dans le PND de devenir un pays leader dans l’exploitation de ces énergies sur le continent.
La signature des documents, tenue peu après l’ouverture officielle du 7ème TICAD, s’est déroulée en présence du Chef de l’Etat et de plusieurs personnalités côté togolais, notamment le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya et celui en charge du commerce, Kodjo Adedze.

DES JOURNÉES D’ÉCHANGES TOGO-JAPON SE TIENDRONT EN NOVEMBRE A LOMÉ
La capitale togolaise, Lomé accueillera en novembre des journées d’échanges axées sur la coopération bilatérale Togo-Japon et l’aide publique au développement.
L’évènement, organisé par le gouvernement en partenariat avec l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), sera l’occasion pour les hommes d’affaires nippons attendus de s’informer un peu plus sur les multiples d’opportunités d’investissement au Togo.
La délégation gouvernementale qui était sur l’archipel dans le cadre du 7ème TICAD, l’a d’ailleurs rappelé aux opérateurs économiques locaux, lors du Business forum organisé sur les projets structurants du PND.
Ces journées d’échanges qui connaîtront la participation effective du secteur privé national, devraient ainsi permettre aux investisseurs privés nippons, encore très peu présents au Togo, d’y nouer des partenariats avec leurs homologues. Pour l’exécutif, ce sera non seulement un outil supplémentaire pour mobiliser davantage les investisseurs autour du PND, mais surtout une opportunité de raffermir les liens économiques avec le pays du soleil levant.

Paul Kagame
Partenaire de longue date, le pays de Shinzo Abe est présent au Togo sur de nombreux projets ou réalisations, comme le nouveau port de pêche, le PUDC, la cartographie numérique ou les ponts sur les rivières Kara et Koumongou. De 2011 à 2018, hormis l’année 2012, les financements du Japon au Togo se chiffrent à près de 73 millions de dollars US.

UNE INDUSTRIE DÉDIÉE A LA NOIX DE CAJOU BIENTÔT IMPLANTÉE AU TOGO
Une unité industrielle de transformation et d’industrialisation de la noix de cajou pourrait être prochainement installée au Togo, permettant de booster un peu plus la filière. Des échanges ont eu lieu en ce sens mercredi à Yokohama entre le Chef de l’Etat, SEM Faure Essozimna Gnassingbé et une délégation de la société japonaise Export Trading Group conduite par son directeur Osamu Kanetake.
L’entreprise, présente au Togo depuis 10 ans et basée aussi dans le commerce du café, du cacao et des légumineuses devrait jouer un rôle important dans la mise en place de cette industrie. Pour rappel, le Togo s’est doté d’un accord-programme signé en février qui vise une production de 24 000 tonnes cette année, et la création de 20 000 emplois sur 4 ans.

Ignace T.

Partage

Répondre