ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE

0

Le premier forum international sur la couverture maladie dans la zone de la Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES) tenu à Lomé les 4 et 5 mars 2019 a débouché sur des recommandations devant permettre de parvenir à une couverture maladie universelle dans cette zone.
Ce forum s’est déroulé dans le cadre de la 27 ème session ordinaire du conseil des ministres de la CIPRES tenue du 6 au 8 mars sous le thème « Problématique de l’instauration de la couverture maladie dans les Etats de la zone CIPRES : enjeux, défis et opportunités ». Il a connu la participation des ministres des Etats membres du CIPRES, des organismes de sécurité sociale, des représentants des organismes de Prévoyance sociale, desexperts du secteur des assurances privées ou encore des experts des organisations internationales et organismes de protection sociale.
La rencontre de Lomé a permis d’engager une réflexion collective, avec l’appui des partenaires sur les modalités et conditions de mise en place et de gestion efficiente de la couverture maladie au sein des Etats membres de la CIPRES.
A cet effet, les participants ont recommandé aux Etats membres, l’instauration effective de la couverture du risque maladie des populations en application de l’article 25 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) qui stipule que toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires.
Ils ont demandé aux pays membres de privilégier les modèles mixtes dans la conception des régimes de couverture maladie et l’approche progressive dans la mise en place de la couverture maladie universelle.

Les délégués ont souhaité l’institutionnalisation de l’organisation du forum international sur la couverture maladie dans la zone CIPRES à échéance régulière. Ils ont insisté sur les actions en vue de la mise en place d’un cadre de coopération internationale en matière de couverture maladie entre la CIPRES, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Bureau International du Travail (BIT).
Les travaux ont également permis aux participants d’échanger sur le panorama de la couverture maladie dans le monde ; les stratégies de mise en place de la couverture maladie en Afrique et dans le monde et ont fait l’état des lieux de la couverture maladie dans la zone CIPRES.
Les délégués ont aussi débattu des stratégies de mise en place et du financement de la couverture maladie dans l’espace CIPRES ; de la gouvernance des systèmes d’assurance maladie et du cadrage actuariel de l’assurance maladie(modèle qui permet d’assurer l équilibre entre les personnes de cotisation et dépenses en santé).
Pour le Premier ministre togolais, Komi Selom Klassou, la consolidation et la pérennisation du système de Couverture Maladie exigent le développement de mécanismes de financements innovants et la mobilisation de financements extérieurs, nécessaires pour soutenir les charges récurrentes des Etats.
M. Klassou a relevé les actions engagées par le gouvernement pour parvenir à la couverture maladie universelle. Il a souligné que le gouvernement sous lahoulette du président de la République, a entrepris l’actualisation de la politique nationale de protection sociale, la mise en place d’une architecture de la couverture maladie universelle avec une forte implication des mutuelles de santéet l’élaboration de la loi sur la couverture maladie universelle.
S’agissant de l’offre de soins, le chef du gouvernement a indiqué qu’il a été engagé, depuis juin 2017, la réforme du système hospitalier prévue dans le Plan national de développement sanitaire. « Cette réforme a mis l’accent sur l’instauration de la gestion contractualisée des hôpitaux qui est en cours d’extension aux autres formations sanitaires dans le but d’améliorer l’accès des populations aux soins de qualité et à coût réduit » a précisé le Premier ministre.
Le secrétaire exécutif de la CIPRES, Innocent Makoumbou a affirmé que l’accès des populations aux soins de santé dans la zone CIPRES se heurte à l’offre de soins inadaptée caractérisée par la faiblesse des infrastructures sanitaires, à l’insuffisance des financements dédiés à la santé et au coût onéreux des soins. « A ces facteurs, s’ajoutent le niveau de pauvreté grandissant et la prédominance de l’économie informelle qui empêchent la majorité des actifs de bénéficier d’une protection sociale »,a-t-il poursuivi. Pour lui, la prise en charge des soins de santé reste l’apanage des personnes bénéficiaires d’un système formel de couverture maladie qui ne dépassent guère 10% de la population.
Gilbert Bawara porté à la tête du Conseil des ministres de la CIPRES
La 27 è session ordinaire du conseil des ministres de la CIPRES démarrée le mercredi 6 mars à Lomé, a pris fin le vendredi 8 mars avec l’élection du ministre togolais de la Fonction publique, du Travail, de la réforme administrative et de la Protection sociale, Gilbert Bawara à la présidence du Conseil des ministres de tutelle de la Conférence Inter africaine de la Prévoyance sociale (CIPRES).
Il succède au ministre sénégalais du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions, Samba Sy
Le nouveau président du Conseil des ministres espère compter sur le soutien de ses collègues pour réaliser les ambitions qu’ils se sont fixées pour une meilleure prise en charge des préoccupations des institutions de prévoyance sociale à l’échelle des pays membres.
Le ministre Bawara a souhaité que les efforts consentis puissent avoir des impacts positifs sur la prise en charge des besoins des acteurs du monde du travail en matière de protection sociale.

Ignace T.

Partage

Répondre